Tout ce qu’il y a à savoir sur le syndrome de Poland

Si certaines personnes ont recours à une augmentation mamaire pour agrandir le volume de leur poitrine, d’autres consultent pour avoir la même taille de seins à gauche et à droite. En effet, à cause du syndrome de Poland, une femme peut avoir un sein plus petit que l’autre. Il arrive même qu’elle n’ait qu’un sein. Il peut même qu’elle ait un sein normal d’un côté et même pas de téton de l’autre.

Qu’est ce que le syndrome de Poland ?

En fait, le Syndrome de Poland est une malformation congénitale rare. Cette maladie est acquise à la naissance et elle concerne environ 25 nouveau-nés par an en France. Pour le moment, les causes de ce syndrome ne sont pas encore déterminées. On sait seulement qu’il se caractérise par la malformation d’un côté du haut du corps. L’atrophie du thorax droit ou gauche résulte de plusieurs malformations sous-jacentes. Il faut savoir que le muscle grand pectoral du côté concerné se développe trop lentement (par rapport au côté sain) On peut aussi constater l’absence du petit pectoral, du grand dorsal et d’autres muscles. En plus des muscles, une ou plusieurs cotes sont soit atrophiées soit absentes. Dans ce cas, des problèmes respiratoires peuvent survenir. De plus, la malformation peut toucher les os du bras et de l’avant-bras. C’est pareil pour le diaphragme, le foie, le côlon et les reins. Ce syndrome se caractérise par l’emplacement du cœur à droite dans des cas rares.

Augmentation mammaire : la solution ?

Mais pourquoi les femmes atteintes du Syndrome de Poland ont besoin d’une augmentation mammaire ? La glande mammaire du côté malade se développe très lentement ou ne se développe pas du tout. Très rigide, la peau peut même être collée aux côtes. Ainsi, le chirurgien doit d’abord distendre la peau avec une prothèse spécifique avant d’implanter la prothèse mammaire définitive. Les personnes concernées peuvent en tout cas visionner au moins une augmentation mammaire d’autres personnes atteintes de ce syndrome pour se rassurer dans leur choix.

Be the first to comment on "Tout ce qu’il y a à savoir sur le syndrome de Poland"

Leave a comment

Your email address will not be published.


*